Divers

Une présence trop élevée sur les réseaux sociaux peut provoquer des troubles alimentaires

Publié par  | 

Cette nouvelle étude réalisée à l’Université de Pittsburgh et publiée dans la revue du Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics a démontré qu’il y a « une relation entre une forte présence sur les réseaux sociaux et le risque d’être exposé à des troubles alimentaires et à des complexes ».

Cette étude a été réalisée dans les différents groupes démographiques en prenant en compte les sujets de tous les âges, des hommes et des femmes, de toutes les origines sans distinction et de tous les profils sociaux.

L’étude a donc été réalisée sur un échantillon de 1.765 personnes âgées de 19 à 32 ans. Les chercheurs ont donc obtenu des données à partir des différents réseaux sociaux les plus utilisés à savoir : Facebook, Google Plus, Twitter, Instagram, YouTube, Reddit, Vine, Tumblr, Pinterest, Snapchat, et LinkedIn. Après avoir répondu à des questionnaires qui leurs ont été soumis, les réponses ont été croisées avec celles d’un autre questionnaire reposant sur les risque de troubles alimentaires comme l’anorexie mentale, la boulimie et bien d’autres problèmes sur la perception de sa propre image, les habitudes alimentaires, etc.

Le résultat de cette enquête montre que selon ces chercheurs, les participants, qui passaient plus de temps sur les réseaux sociaux ont 2.2 fois plus de risque de développer des troubles alimentaires que ceux qui y passaient moins de temps. Le risque est même plus élevé (2.6) chez ceux qui passaient plus de temps sur leurs profils dans la semaine.

Stéphane Bunnot

Jeune cadre au sein d'un groupe d'assurance Français opérant dans toute l'Europe et également pour les expatriés Français. Je participe à ce Magazine à travers mes connaissances du milieu des assurances. Au plaisir d'échanger avec vous.