Politique

Révision constitutionnelle : Valls invite la droite à l’adhésion

Publié par  | 

Pendant les questions au gouvernement, le Premier ministre, Manuel Valls, a défendu une révision « essentielle » pour établir des mesures contre les djihadistes binationaux.

D’après le locataire de Matignon, elle ne serait pas « cohérente » si elle ne votait pas la révision de la Constitution que prépare le gouvernement suite aux attentats de Paris, une révision particulièrement « nécessaire », explique-t-il, pour accroitre la déchéance de nationalité aux binationaux nés français et aménager de nouvelles mesures concernant le retour en France de « terroristes » combattant à l’étranger (« visas de retour », « assignation à résidence »).
« Mesdames et messieurs de l’opposition, il faut faire preuve de cohérence. Une révision constitutionnelle est nécessaire pour inscrire ces dispositions dans notre droit », a-t-il indiqué lors de la séance de questions au gouvernement. « Soit vous êtes d’accord et vous votez cette réforme constitutionnelle, soit vous ne le faites pas et vous n’êtes pas cohérents », a-t-il indiqué.

« D’importantes questions juridiques »

Questionné par le député Les Républicains Laurent Wauquiez, qui proposait un « centre d’internement » pour les personnes fichées pour terrorisme, le Premier ministre a répliqué en disant que cette mesure, de même que l’assignation à résidence sous bracelet électronique proposée par Nicolas Sarkozy contenaient de « graves problèmes de droit par rapport à la Constitution et par rapport à nos obligations internationales ». « Placer sous bracelet électronique ou en internement d’office toute personne faisant l’objet d’une fiche S, même lorsqu’il n’existe contre lui que de simples soupçons non recoupés », soulève « de sérieuses questions juridiques pour ne pas entrer dans un régime d’exception », a-t-il expliqué. Ces offres ont été soumises au Conseil d’État pour examiner leur conformité avec la Constitution et les conventions internationales, a-t-il lancé, lançant un appel à Laurent Wauquiez « à les approfondir, à les formuler, à les travailler ». « Le gouvernement est prêt à discuter pour intégrer toute proposition efficace » et respectant les accords internationaux, a-t-il assuré.

Magalie

Banquière au sein d'une grande banque Française. Spécialisée dans l'accompagnement des TPE (en région PACA).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *