Economie

Thierry Weinberg : La fiscalité sera l’enjeu de la décennie

Publié par  | 

Pour Thierry Weinberg, « maîtriser les dépenses liées à la fiscalité sera l’enjeu de la décennie »

La fiscalité, pour les chefs d’entreprise, peut être un véritable casse-tête. S’acquitter des formalités fiscales représente du temps et de l’argent. A moins de savoir s’y prendre…

Si, selon le cabinet d’audit EY, le régime d’intégration fiscale en vigueur en France est le plus compétitif d’Europe, car il permet d’exonérer une partie des dividendes, plus globalement, la fiscalité française est l’une des plus lourdes d’Europe pour les petites et moyennes entreprises. En effet, indique le cabinet PwC, l’Hexagone affiche un taux d’imposition global de 64,7% du résultat commercial des PME. Soit plus de vingt points de plus que la moyenne européenne. Imposition sur les bénéfices, cotisations et charges sociales, mais également taxe foncière, imposition des dividendes, impôt sur les plus-values et même taxes sur la collecte des déchets… Les taxes et impôts sont aussi nombreux qu’obscures pour certains dirigeants.

L’acquittement des formalités fiscales représente dix-neuf jours de travail

« La fiscalité est devenue tellement lourde et complexe qu’elle est aujourd’hui l’un des enjeux de la survie d’une société », estime Thierry Weinberg, fondateur du groupe DoubleV, qui se définit comme un « fabricant d’économies. » En effet, pour s’acquitter de toutes leurs formalités fiscales, les entreprises ont besoin de mobiliser leur personnel pendant 132 heures chaque année, soit près de dix-neuf journées de travail. Certes, le choc de simplification lancé par le gouvernement en 2013 a aidé les dirigeants de PME à y voir plus clair. Mais, rappelle le fondateur de DoubleV, même si ce choc a permis de aux dirigeants de gagner sept jours ouvrés, « ces dix-neuf jours de travail consacrés aux formalités fiscales est un manque à gagner évident pour les entrepreneurs. »

Pourtant, « ce poste ne doit pas être négligé pour autant », prévient Thierry Weinberg. Car en maîtrisant mieux leur fiscalité, les entreprises peuvent parfois faire des économies non négligeables. « Il est vrai que le poids des dépenses, des charges, de la fiscalité et des taxes est important, continue le fondateur de DoubleV Conseil. Si celles-ci sont aussi complexes à maîtriser qu’à supporter pour les entreprises, une optimisation des coûts est possible. » Pour Thierry Weinberg, cela passe forcément par un outsourcing de ce poste. Le groupe DoubleV s’est spécialisé sur ce marché pour, explique Thierry Weinberg, « soutenir le développement des sociétés par l’amélioration de leur profitabilité. »

Pour Thierry Weinberg « L’innovation est la clé de voute de l’allègement de la fiscalité »

Mais avant de penser à faire des économies, il faut établir un diagnostic. « Le cost-killing en matière de fiscalité repose sur une expertise technique préalable, prévient Thierry Weinberg. Un audit complet, basé sur une méthodologie adaptée à chaque secteur d’activité permet ensuite d’agir. » Et ça fonctionne, notamment pour les entreprises innovantes. « L’innovation est la clé de voute de l’allègement de la fiscalité », continue le patron de DoubleV. Car avec le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ou le crédit d’impôt recherche, il est désormais possible de faire de belles économies fiscales. Encore faut-il savoir comment fonctionnent ces différents crédits.

Magalie

Banquière au sein d'une grande banque Française. Spécialisée dans l'accompagnement des TPE (en région PACA).